Les jours « sans »

J’ai pas envie, je sais pas, peut-être que je ne fais pas l’affaire. Juste envie de rester sous la couette.

Il y a de ces journées « sans ». Sans cette énergie, sans cette gniak. Sans l’envie.

Avant, quand j’avais un patron, ces journées passaient l’air de rien. Je faisais avec, laissais passer, me disais que c’est pénible le boulot, que vraiment « vivement ce soir ». Et trop l’air de rien, c’était fait, les 8h de la journée étaient parfois mornes voir carrément inutiles (avec sans doute trop de pauses café d’ailleurs), mais elles étaient passées. Et demain serait un autre jour.

Quand tu es ton propre patron, quand tu fais des démarches de reconversion, pour reprendre ta vie en main, te recentrer tout ça tout ça, ces journées-là peuvent vite devenir de vraies tempêtes !

Peut-être as-tu déjà vécu ça aussi, quand tu dis « en fait, je vais tout arrêter », « franchement ça ne rime à rien tout ça », « quelle misère c’est nul » (et j’en passe ^^). On prend tout plus à cœur, on vit tout plus intensément, et ces moments de « moins » aussi.

Il avait bon dos le salariat sans conscience, sous certains jours ?

Quand tout est sensé être linéaire

Le problème avec ces journées de « moins bien » au moment présent, c’est que je les vis comme un mauvais augure…pour le futur ! Pour Moi, pour la Vie et tout et tout.

C’est cette impression que si je ne pète pas la forme aujourd’hui et n’ai pas plus d’énergie que ça à propos de mon projet de vie, c’est que ce sera comme ça pour Toujours.

C’est cette croyance que tout est linéaire : la croissance, la consommation, l’évolution des promotions dans une entreprise, le revenu, le nombre d’amis sur les réseaux sociaux… Tout est sensé augmenter. Toujours plus, jamais moins. C’est le même principe qu’on applique à tous les niveaux si on n’y prend pas garde. Et j’appliqu(ais) la même chose à mes jours « sans ».

Et puis j’ai compris le principe du cycle

En échangeant avec mon amie Sandra (une sophrologue en herbe que je vous recommanderai vivement quand elle sera installée !), j’ai découvert la notion de cycle. Cette histoire de linéarité est montée de toute pièce ! C’est un fake rien n’est linéaire dans la nature, tout est circulaire en fait ! Les saisons sont circulaires, la vie et la mort, le cycle féminin (allez voir par ici chez Gaëlle !), le cycle de l’eau, des plantes, même les modes vestimentaires 😉 Quand j’ai pris conscience de ça, je me suis sentie bien drôle à croire que ma vie à moi est sensée être rectiligne !

Je suis vivante, je fonctionne en cycles.

Je ne suis pas un concept rectiligne.

Alors mes jours « sans » ne veulent pas dire que tout mon futur sera « sans ». Ces jours-là sont annonceurs de prochains jours « avec ». Et voilà, c’est tout.

Bonne journée 🙂

Et toi, comment tu abordes ces jours de « moins bien » ? Tu arrives à relativiser et à t’écouter ?

 

Enregistrer

Enregistrer

4 thoughts on “Les jours « sans »

  1. Je suis d’accord avec toi ! Quand on comprend cette histoire de cycles, qu’est-ce qu’on vit beaucoup mieux !
    Avant, les jours de « moins bien », j’avais une tendance à l’auto-flagellation, à croire que ça allait durer tout le temps ! Franchement la loose :/
    Aujourd’hui, j’accueille ! Je sais que ça ne va pas durer, que ce n’est qu’un passage. Même si parfois c’est difficile de « s’accepter » dans ces moments-là, c’est pourtant la meilleure chose à faire. Et qu’est-ce que ça fait du bien !
    J’ai lu récemment « Lune Rouge », de Miranda Gray. Elle y aborde très bien les forces du cycle féminin.
    C’est important de bien se connaitre, ça permet de nous accepter telles que nous sommes et de faire preuve de bienveillance envers « nous m’aime » <3 <3 <3

    1. Merci Marie pour la référence de ce livre ! On m’en avait déjà parlé mais je n’avais pas noté les références… grâce à toi je les ai maintenant 🙂
      Une nouvelle lecture dans ma Wishlist 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *