La question piège : « tu fais quoi dans la vie ? »

Plus jeune, je détestais cette manie de se faire une opinion sur quelqu’un qu’on rencontre avec 3 questions (presque) toujours identiques :

  1. Comment tu t’appelles ?
  2. T’as quel âge ?
  3. Tu fais quoi dans la vie ?

Bim, catalogué et fiché. En trois réponses. Pourquoi on ne se demande pas plutôt : quelle est ta couleur préférée? T’es heureuse dans ta vie en ce moment? C’est quoi ton plus grand rêve? Quelle est ta plus grande fierté du moment? Franchement, je crois qu’on se ferrait une opinion plus juste de la personne avec ce genre d’interrogations…tu ne penses pas ?

15 septembre - Camille Schmaltz
Crédits photo : Camille Schmaltz

Tu fais quoi dans la vie?

Voilà la question que j’ai la plus redoutée ces derniers temps… Tu fais quoi dans la vie.

J’ai en moi cette peur viscérale de ne pas savoir quoi répondre. J’ai BESOIN d’avoir une réponse à donner. L’absence d’une réponse simple à cette interrogation me tord les boyaux. C’est une question de vie ou de mort tu comprends ! (ok, peut-être que je m’emballe un peu, mais la raison n’est pas de cette partie!)

Quand on prend cette question au pied de la lettre, le problème posé est loin d’être simple :

« Tu fais quoi » + « dans » + « la vie » + « ? »

Franchement, décortiquée comme ça, j’ai l’impression d’arriver direct dans le canapé d’un psy avec cette question !

Bon ceci dit, la majorité des gens espèrent simplement connaître le métier que tu exerces, et s’intéresser un peu à toi. Keep calm, c’est facile. Enfin c’est facile surtout si tu as un métier « répertorié » (idéalement un de ceux qu’on te propose au collège au CIO), et que tu n’en as qu’un seul de métier !

Oh dawn it ! comment ça on peut en avoir plusieurs, what??

Métier et croyances

En travaillant en 2016 sur mes croyances avec Annabelle (elle est top!) , j’ai listé des choses intéressantes…

Si tu ne t’es jamais penché.e sur tes croyances, je t’invite à t’y intéresser (bouquins, coach), c’est une mine d’information incroyable pour comprendre comment tu fonctionnes toi, tes peurs, tes tripes, tout ça tout ça.

Moi, dans mes croyances limitantes, il y en avait une particulière que je souhaite partager avec toi sur ce sujet :

Je suis persuadée au fond de moi que 1 vie = 1 métier.

Pour une fille qui veut se reconvertir, il y avait du boulot! (Heureusement, toute croyance limitante peut s’assouplir, alléluia !)

C’est très francophone comme croyance. Les anglais, écossais, canadiens, ne pensent pas comme ça. Ils sont super nombreux à avoir « plusieurs vies » (professionnelles hein, je ne m’engage pas sur le reste^^). À bifurquer, à changer de point de vue, à transformer leurs compétences, à avoir plusieurs métiers en même temps qui se nourrissent les uns les autres.

Pour certains profils (surtout les « multipotentialistes » <regarde cette vidéo si tu ne connais pas>), le concept même de 1 vie / 1 métier est une punition.

De mon point de vue, il y a deux étapes que j’ai vécues pour sortir de cette peur :

  1. Accepter que ma croyance est fausse, que c’est beau et ultra compatible d’avoir plusieurs métiers, et même d’inventer son propre métier en sortant des stéréotypes. S’en convaincre par des rencontres et des discussions, prendre conscience de ceux et celles qui me le prouvent grandeur nature. Ça rentre. Et ses croyances s’assouplissent.
  2. Accepter le regard des autres sur ce point. Accepter que non, je n’ai pas de belle réponse aseptisée qui vous plaira quand vous me poserez la question piège « tu fais quoi dans la vie ». Essayer de répondre autre chose !

Essayer autre chose, mais quoi ?

  • Soit tu te caches quand tu sens que cette question va bientôt t’être posée (pas toujours très pratique ni socialement excepté)
  • Soit tu t’imagines une vie et tu réponds un autre métier simple que tout le monde connaît (garde peut-être cette option pour les soirées ou pour ton tour du monde, parce qu’au quotidien ça passe pas trop quand même)
  • Soit tu te mets à l’aise avec une réponse qui te correspond, tu l’apprivoises, tu l’essaies (et tu rends compte que personne ne te mange ni te renies pour autant 😉

Anouk de Talentedgirls.fr a une belle phrase pour répondre à ça :

« moi, j’aide les gens à réaliser leurs rêves »

Pétillant, vrai, beau, réaliste (oui oui!)

 

15 septembre - Camille Schmaltz
Crédits photo : Camille Schmaltz

Enregistrer

Enregistrer